Entre la claie des paupières

Comme j’aime tes yeux, ami,

Le feu merveilleux qui y joue

Quand ils se lèvent, et ton regard

Plus vif qu’éclair au ciel

Décrit un grand cercle alentour.

Mais plus encore tes yeux

Me captivent quand ils s’abaissent

Et tu m’embrasses passionnément

Et filtre entre la claie des paupières

La flamme sombre, mate, du désir.

Poème extrait de Stalker, d’Andreï Tarkovski

Photo : Margarita Terekhova et Anatoly Solonitsyne dans Hamlet de Tarkovski (Théâtre Lenkom , Moscou, 1977)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s