Tout est resté immobile

« On dit que le deuil, par son travail progressif, efface lentement la douleur ; je ne pouvais, je ne puis le croire ; car, pour moi, le Temps élimine l’émotion de la perte, c’est tout. Pour le reste, tout est resté immobile. Car ce que j’ai perdu, ce n’est pas une Figure, mais un être ; et pas un être, mais une qualité (une âme) : non pas l’indispensable, mais l’irremplaçable. » Roland Barthes, La Chambre Claire

Voir absolument Little Odessa, (James Gray, avec Edward Furlong et Tim Roth, 1994) film parfait, tourné en quelques semaines avec très peu de moyens, par un jeune homme de vingt-quatre ans. Une épure.

Magnifique bande-son, des chants orthodoxes.

Autres films de James Gray

Publicités

5 réflexions sur “Tout est resté immobile

  1. non, non, je t’assure, je fais un effort : c’est un film américain qui se passe à Brooklyn (certes dans le quartier russe…).

  2. Pingback: L’homme superflu « Rue des Douradores

  3. Chef-d’œuvre de dépouillement, que ce soit techniquement, dans l’interprétation de Tim Roth ou dans les évènements montrés… Le meilleur film de James Gray, d’une grande force tragique et pas encore entaché d’un certain tape-à-l’œil (principalement visible dans ses deux derniers). Quel choc fut sa vision…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s