Vietnam- Année du Cochon

Vietnam – Année du Cochon : non pas un énième documentaire sur la guerre du Vietnam, mais le premier. Tourné, de surcroît, en plein conflit, en 1968. Insoutenable encore aujourd’hui,  on comprend que la vision de corps en feu, corps battus, corps faméliques, forêts, villages bombardés, enfants en larmes, cadavres, ruines, carnages –  on comprend la rage des Américains les yeux ouverts l’esprit fermé, les cinémas saccagés parce qu’ils montrent l’horreur de la guerre plutôt que l’horreur de l’ennemi, le communisme – le mal absolu doit rester sans visage, souffrance, innocence. Oser démentir  les discours officiels qui parlent de guerre propre comme une abstraction, de stratégie, de nécessité… Pourtant nous sommes en 1968, et ces images sont diffusées. Au moins la liberté d’expression. Malgré la violence de la controverse, le documentaire est nominé aux Oscars. Acte politique bien sûr, mais fondé – peut-être futilement – sur de réelles qualités artistiques, qui  transparaissent encore aujourd’hui.  Doit-on refuser de reconnaître, par décence,  que ce Vietnam – Année du Cochon soit aussi une œuvre esthétique ? Au contraire, la forme ne trahit pas la gravité du sujet. L’habileté du montage, qui alterne prises de parole, propagande officielle, Vietnamiens, Américains, et dans le désordre rivés les uns contre les autres indissociables les pour et les contre, brillamment articulés dans le flux de l »Histoire à partir de la guerre d’Indochine jusqu’à l’année 1968, qui n’est pas encore, qui est loin d’être la fin de la guerre. Le réalisateur, Emile De Antonio, ne peut donner que ce qu’il a,  une vision forcément subjective, partielle, sans recul. Son admiration pour Ho Chi Minh, ses convictions  marxistes et  sa colère contre l’Amérique (honte?) font sans doute de ce documentaire un pamphlet plus qu’une œuvre historiquement neutre, mais c’est là sa force et sa beauté, qui témoignent d’un respect courageux pour le peuple vietnamien. Toute l’œuvre d’Emile De Antonio accroche la Guerre Froide aux endroits les plus sensibles : l’assassinat de Kennedy, Mc Carthy, Nixon, les Weather Underground… Surveillé de près, comme il se doit, pendant des années, par le FBI. Après il suffit de se replonger dans les analyses  de Chomsky, c’est toujours cette même idée que les États-Unis sont les premiers à enfreindre les règles qu’ils imposent aux autres pays. 1968-2008 : voir enfin les similitudes avec la guerre d’Irak, et constater que cette fois-ci, nul réalisateur américain n’a osé ce qu’Emile De Antonio a osé pour la guerre du Vietnam.

Vietnam – Année du Cochon, Emile De Antonio (1919-1989)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s