corps paresseux de poésie passive

Transparition silencieuse

Son opacité désespère

Dépourvue d’empreinte sa nudité

déprime insubstantielle

elle persiste De nulle ombre

pourvue ni prolongée

Précieuse  percluse pluvieuse

Par essence dépravée

Matière corrompue

Corps paresseux de poésie passive

Prose absente

d’une lascivité plurielle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s