Journal d’un écrivain (2)

Morbidité et écriture : Kafka et Hervé Guibert. La maladie est un lieu – dans la vie, dans le monde – un espace d’individuation où l’écriture s’actualise.

« L’impression que ma vie est un roman forclos, avec tous ses personnages, ses amours éternels – définitivement : avec ce que cela peut avoir de sinistre et de jubilatoire -, ses fantômes, et qu’il ne me reste plus aucun rôle à pourvoir, que les places sont prises, murées. Et l’impression simultanée que c’est un roman de mort… »

Hervé Guibert, Le Mausolée des Amants

« Aveu, aveu sans restriction, porte qui s’ouvre brusquement, à l’intérieur apparaît le monde dont jusque-là le reflet terni restait dehors. »

Kafka, Journaux (dernière entrée, 1923).

Morts, tous deux, prématurément, d’une maladie longuement désirée. Mollement convoquée, la résolution survient sous une forme adoucie, qui laisse le temps. La tuberculose et le sida, considérés comme  suicide différés. L’inéluctable issue devient condition de  création.

Le fantasme d’infection diffère de celui du suicide en ce qu’il s’étire – et se nourrit, et se complaît – de temps et d’inertie. Le suicide, même sous la forme veule de la tentative, se réduit à un bref instant. Aussi, il impose un acte ; si minuscule soit-il (absorber des cachets, se jeter dans le vide), il exige une décision, une exécution, un geste. C’est déjà beaucoup, quand on veut moins être mort que mourir.

La maladie est reçue, on s’offre à elle. Le lent déploiement des symptômes se satisfait de la langueur du corps, de sa passivité. Tandis que la mal accomplit son œuvre organique de corruption, le fantasme initial se démultiplie. On se délecte de l’attention dont on devient l’objet, attention parfois plus essentielle que l’amour qui peut lui faire défaut. La dégénérescence de la chair la rend palpitante – son revers de viande crue – l’interne se manifeste et l’externe se déforme, s’individualise – exister par la révulsion.

Ces deux attitudes se décèlent avec force chez Kafka et Hervé Guibert. Bien sûr il y a la peur, bien sûr la souffrance – mais tout autour, vaporeux, délétère, un contentement, identification narcissique à la maladie. Être atteints leur permet, par un tour pervers de la conscience, de devenir eux-mêmes.

Ne pas se méprendre : il ne s’agit pas de masochisme sexuel ou religieux. Ne pouvant abolir le clivage entre la création et le reste, ils se construisent, dans la maladie, un niveau intermédiaire, un palier de survie.

Cet unique privilège de s’absenter – par la maladie. Lorsque la réalité reflue, que la conscience de l’immédiat se réactive, c’est une décharge électrique. Forme banale de l’angoisse. Il est possible que l’écriture ne soit une nécessité que dans la mesure où elle dispense, par le vide qu’elle fait autour de soi, d’affronter l’incapacité  à vivre. C’est-à-dire la conscience coupable d’un désintérêt. Le désengagement subi comme une fatalité. L’écriture isole mentalement ; la maladie isole physiquement. Le cercle se referme.

Précédemment : Journal d’un écrivain (1)

Publicités

Une réflexion sur “Journal d’un écrivain (2)

  1. Pingback: La pudeur ou l’impudeur « Rue des Douradores

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s