Perspectives tremblées

Existe-t-il ailleurs qu’en moi une possibilité, ne serait-ce qu’infime, de convertir les vides, les lacunes pour que je n’y tombe pas, et d’enjamber tout cela avec enthousiasme comme légèrement surélevée, à quelques centimètres du sol, par un flottement soutenu surplomber les aspérités, les accidents, les pentes, les crevasses mais aussi les marches, les ascenseurs, les chaises, les passages, les murs…  Vraiment il s’agirait moins de combler les béances en les inversant, que de m’éloigner, un peu. Que l’espace ainsi libéré, et pour cela désirable, se peuple de formes et de figures, que dans l’intervalle se construisent des opacités fécondes – non que je souhaite me suspendre, décevoir, bien au contraire, je voudrais me déplacer sans entraves, car sur le sol je ne cesse de trébucher.

(photo : Vincent)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s