Le ballon rouge

A propos de : Albert LAMORISSE, « Le ballon rouge », France, 1956 (dvd : Cinéart, durée : 36’)

Aux yeux d’un petit garçon, la ville devient parfois un lieu étrange. Tenez Paris. C’est une ville fantastique, un terrain de jeu incroyable ! D’accord, on peut enlever toutes les couleurs, un peu de gris avec du bleu ça devrait suffire ; tant qu’à faire, on enlève aussi les magasins. Ca ne sert à rien, de toute façon, les magasins. Attendez, tous les magasins ? Ah non, on garde les pâtisseries, tout de même, il faut bien acheter le quatre-heure. Les gâteaux à la confiture, les petits pains dorés, on garde, et le reste on oublie. Juste les trottoirs et les feux rouges pour s’arrêter de temps en temps, regarder les grandes automobiles, observer les gens tout autour, tellement sérieux, tellement occupés – des  pantins ces gens-là !  Paris c’est plein de rues qui tournent dans tous les sens et qui renvoient toujours ailleurs, des larges et des très étroites – évidemment c’est celles-là qu’on préfère. Il y a des gros pavés pour trébucher ou non, seulement si on veut danser sur place, goûter le froid du sol, sentir la rondeur de la pierre mouillée. Et puis ça monte et ça descend, comme les montagnes mais en moins loin, puisqu’on finit toujours par rentrer à la maison pour dormir. Surtout, il y a les escaliers, c’est magique les escaliers, il arrive qu’on puisse cueillir, dans un coin secret, invisible aux gens pressés,  un ballon. Un beau ballon rouge, sans doute le plus beau ballon du monde. Et le plus gentil aussi, le plus fidèle : il va même jusqu’à suivre le petit garçon partout. Il traverse la rue, passe par les fenêtres, clandestinement c’est plus drôle. Parfois il attend dehors, quand ça arrange tout le monde, mais il peut prendre le parti de taquiner les importuns afin de précipiter un départ. A l’église, à l’école… Qu’est-ce qu’on s’ennuie à l’école, on n’apprend rien, le temps passe lentement, on rêve au plus beau ballon du monde qui attend dehors pour faire les quatre cents coups – tiens, une bonne idée ça, les quatre cents coups, peut-être pour un autre petit garçon, qui sait ? Attention tout de même, ne rencontre pas son ballon rouge qui veut ! Tout le monde n’est pas capable d’aimer son ballon rouge. Ça demande du temps, beaucoup de temps. Pour flâner, errer, aller et venir sans but. La promenade, c’est essentiel à la santé du ballon, il a besoin de beaucoup d’espace, et de grand air, de ciel, de vent, de mouvement, de liberté. On ne traite pas un ballon comme un vulgaire objet. Tenez, quand il pleut, on doit l’abriter sous un parapluie, ou deux, ou trois. C’est simple, les parapluies sous la pluie c’est comme les cailloux pour traverser une rivière, il suffit de les enchaîner. En guise de remerciement, le ballon pourra nous tirer d’embarras. Quand le ballon prend quelqu’un en grippe, autant dire qu’il ne le lâche pas, c’est très drôle de voir les gens sérieux faire mille manières pour un simple ballon ! Bon, aussi quand il a le coup de foudre, c’est plus embêtant. Comme cette fois-là, avec le ballon bleu ! En plus, le ballon bleu semblait apprécier… Et la petite fille qui tenait le bleu, le rouge qui n’arrêtait pas de les suivre. Une rencontre entre ballons, et puis quoi encore, on a mieux à faire, on est bien à deux, non ? Parce qu’ensuite, il devient coquet. A la brocante, on peut le surprendre en train de se regarder dans un miroir. Rien que ça ! Malheureusement, un petit garçon avec un si beau ballon, ça ne passe pas inaperçu, ça se remarque, ça fait des envieux. Les gamins du quartier se mettent à tendre des embuscades, les lâches ! Jaloux bien sûr, et pas courageux, ni très malins, toujours en meute, comme ça le nombre compense la bêtise. D’abord ils cherchent à le capturer, ça  dure assez longtemps parce qu’avec le ballon on sait se défendre ! Ensuite, ils se rendent compte justement que le ballon ne se soumettra jamais à leurs jeux violents. Alors ils le crèvent, sous les yeux du petit garçon. Qu’est-ce qu’on peut faire pour le défendre ? Et si on ne réussit pas à le protéger, on est coupable ? Ce serait bien, si tous les ballons étaient solidaires les uns des autres, et qu’ils se rassemblaient pour composer, en quelque sorte, un parachute multicolore. Alors,  le petit garçon pourrait s’envoler, très loin, très haut.

Albert LAMORISSE, « Le ballon rouge »

François TRUFFAUT, « Les quatre cents coups »

Voir aussi le bel hommage de Hou Hsiao-hsien, Le voyage du ballon rouge.

Un autre hommage, très récent ? Là-haut…

Publicités

3 réflexions sur “Le ballon rouge

  1. Ce film est enchanteur. Le voir lorsqu’on est enfant donne des ailes. C’est une joie de le retrouver, frais, pimpant, en 2010 !

  2. Pingback: Pierre et le loup « Rue des Douradores

  3. Pingback: Crin-Blanc « Rue des Douradores

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s