La vampire

 

Munch La vampire
Edvard Munch, Vampire

.

D’un être la chair

Insoucieuse  je suis l’ombre

Admirative

Stupeur calme

Un regard ne requiert

Nulle invitation

Aux mondanités apéritives

Je me tiens immobile

Silencieuse attentive

Cette faim qui est mienne

Inconsolable

A pour se rendre aimable

Une grammaire précise

 Prétextes faux fétiches

Syntaxe secrète de sensations

La collection croît

 Dans le soufre de mes pupilles

Pour qu’un  imaginaire

Se révèle

Une autre rive

S’ouvre vulnérable

 De ce genre d’intrusion

Nul ne se protège

  Jamais assez

D’aucuns  jugeant

 Subtilement dérisoire

En moi ce pouvoir

De dételer

 Du monde sensible

 Des territoires sauvages

Ainsi se lève

 Mon appétit

 Mes avidités furtives

Je peux je dois

 Capturer l’âme et me laisser

Descendre

Le long des fleuves jugulaires

 Mon aptitude délirante

À déceler un corps

Là où il s’abime d’un mot

Appeler le sang s’il faut

Préparer la morsure

Suivre la veine

Dont je m’octroie

 L’accès ce risque

Coule de mes lèvres

Jusqu’à mon cœur

Eclipse je ne suis guère

 De l’ennui

Que le cauchemar

La  subreptice

Interruption

 

 

4 réflexions sur “La vampire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s