Quand le sombre se fait attendre

.

Vestige du pressentiment

.

 

déposées les hardes déchets de la vision

du vague rien du jour rien ne transparaît

nacres contrastes couleurs adverses

 tons mauves et tons rougeâtres

quand le sombre se fait attendre

 les nuances régressent

le temps de s’y laisser descendre

 ces heures promises à l’extase

 dont ne demeure que sable et cendre

 il n’y a plus à combattre

 l’irruption de la nuit

qui d’un long roulis d’images digresse

loin des anciens gestes

 ne reste du regard

qu’un peu de bruit

vestige du pressentiment

vigile ou légende

s’y prépare

sa violente épiphanie

Publicités

Exutoire (la cérémonie)

Jeu de cartes

.

Les doigts en méduse c’est toi nommément que je regarde maintenant je

Tombe

Entortillée dans la nasse de mes gestes indéchiffrable l’idée de ton visage

S’abandonne

La nuit frôleuse mes doigts détiennent la clé des songes secousse après secousse à main levée se

Dessine

Une forêt face nord face sud je dresse des arbres le firmament arrache d’en haut le ressac

L’emporte sur ma rêverie

Un geste sans contours fondu au noir courroie des tourments l’anonymat de ma peau le paysage me

Fuit

La chambre exutoire s’effondre l’asymétrie te propage ce mouvement à travers moi tu

Voyages

Hors des zones relationnelles cérémonie qui propitiatoire me

Rejoue

Sa valeur solitairement chorégraphiée

Le poème, lieu de la rencontre

 

Le poème est le lieu de leur rencontre, à mi-chemin entre le monde matériel et la pensée, le concret et l’abstrait, le signe et le signifiant, le dedans, le dehors, le passé, le présent et l’avenir… S’ouvre un territoire d’échanges qui ne se réduit pas aux seuls mots prononcés. Les phrases dites à cet endroit désignent un lointain que les mots ne peuvent atteindre mais dont ils font entendre (par retentissement) l’existence.

 

Sayonara 8

 

>  Allez, partons ! (« Sayônara » de Koji Fukada)