Eté-lévision

Quelle meilleure saison que l’été pour regarder à la télévision deux trois choses rigoureusement divertissantes ?

Tentative de justification / tentation justificatrice :

– pas encore en vacances mais presque, toute activité sérieuse nous inspire un incommensurable dégoût.

– déjà parti et revenu, idem que ci-dessus avec une pointe de rancœur vis-à-vis de ceux qui se prélassent encore, ou sont sur le point de le faire.

– en vacances justement, entre soleil et activités au grand air, barbecues-mojitos et mer-montagne bleu-belle, le corps réclame sa dose de régression quotidienne, son hamac cathodique indispensable désormais à la survie neuronale.

Ceci étant dit, et sachant que ces arguments sont bien sûr valables quelle que soit la saison, mais n’ignorant pas que la mauvaise foi rend la paresse encore plus jouissive, voici donc deux dvd qui ont agréablement encadré mes (trop courtes) vacances.

Avant de partir :

I am legend de Francis Lawrence, avec Will Smith.

Adaptation du célèbre roman de Richard Matheson, ce film – qui serait presque sérieusement réussi si la fin n’était pas aussi hollywoodieusement ratée – nous projette dans un futur proche, dans un New York déserté. Will Smith semble être l’unique survivant humain. Accompagné de son chien, toujours à l’affut, organisé, méthodique, il tente de réparer l’erreur qui a mené le monde à une telle catastrophe. Magnifique mise en images d’une ville reprise par la végétation et la vie animale ; histoire captivante qui donne aussitôt envie de se (re)plonger dans l’oeuvre de Matheson.

Au retour :

State of play, de David Yates, avec David Morrissey

Série anglaise en 6 épisodes, sur le modèle personnages multiples/interconnections entre différentes strates sociales. Suspense garanti du début à la fin, rythme effréné, humour, acteurs excellents que l’on connaît pour les avoir déjà vus à droite et à gauche. Le plaisir de se plonger dans une intrigue bien ficelée qui change un peu (mais pas trop) des fictions d’Outre-Atlantique… D’ailleurs, jamais en reste, les Américains, justement, se sont empressés de bricoler une adaptation cinématographique, casting cinq étoiles et tout le tremblement. La réussite de cette série, pourtant, tient moins au scénario, peu original, qu’à la narration et, surtout, au charisme des acteurs! Mauvaise nouvelle : Brad Pitt y tiendrait le rôle principal. Bonne nouvelle : il se serait retiré du projet, reprochant aux producteurs de trop s’éloigner de la version originale. Son départ compromet désormais la finalisation du film… Tant mieux !

Publicités