Islande (6): images et mémoire

Le temps passe, je dévide encore mes souvenirs. Ces retours photographiques questionnent étrangement ma mémoire visuelle, alors que  le voyage disparaît chaque jour davantage dans le passé. Parfois – quand je regarde les photos – je ne m’y vois plus, je ne crois même pas y avoir jamais été. A d’autres moments,  sans référence, sans archives, sans preuves matérielles je suis déportée, je sens, je vis chaque détail qui démultiplie l’intensité de l’instant. La mémoire est peut-être dans le regard (les sensations), mais nullement dans les images.

Photos de Vincent

Précédemment voir index Ici et Ailleurs

Bleus d’Islande

Instable, le climat  la modifie sans cesse. Les lignes, les volumes, les couleurs  effacent et tracent, sur sa toile déserte,  d’étranges tableaux que seule la mémoire, véritable respiration du regard, peut comprendre. La photographie peine à capturer quelques éclats, pâles et parcellaires, pourtant vifs comme des échardes de joie.

Photos de Vincent

Premier aperçu. Tant, trop de photos, à trier, couper, cadrer, réinventer. Ces prochaines semaines, j’essaierai d’en publier quelques séries, même si, aujourd’hui, ce projet tend à me sembler tout à fait vain.