Noir de Monde

En moi gronde une ville

Grouille la foule dessaoulée

Ses envies au hachoir
À moi s’agrippent des grappes de tyrans

Des archanges aux blanches canines

Qu’on me disperse

Je suis noir de monde
Qu’on me dispense

Du son des leçons
Qu’on me dissipe

En moi se vautrent des divans

De l’aorte à la carotide
Circulent des rumeurs

À faire pâlir

Qu’on me disperse

Je suis noir de monde
Qu’on me dispense

Du son des leçons
Qu’on me distribue

À tous les Jésus

Je voudrais t’aimer comme un seul homme

Arrêter d’inonder la Somme
Avoir l’amour en bandoulière

L’amour en bandoulière

En moi gronde une ville

Grouille la foule dessaoulée

Ses envies au hachoir
À moi s’agrippent des grappes de tyrans

Des archanges aux blanches canines
Tueurs de mémoire à la conscience obèse

Jouent du Varèse

Qu’on me disloque

Qu’on me dispatche

Qu’on m’évapore

Qu’on me disperse

Je suis noir de monde
Qu’on me dispense

Du son des leçons
Qu’on me distribue

À tous les Jésus

Je voudrais t’aimer comme un seul homme

Arrêter d’inonder la Somme
Avoir l’amour en bandoulière

L’amour en bandoulière

Qu’on me disloque

Qu’on me disperse
Qu’on m’évapore

Qu’on me disperse

(Bashung / Fauque)

Alain Bashung 1947-2009

Publicités